السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

la boite à merveilles: 216 questions

Choisissez la bonne réponse !

Questions Générales

1 – Quel est le genre de ce roman ? : Roman policier – Roman de thèse – Roman autobiographique.

2 – Ce roman est écrit en : 1950 – 1951 – 1952.

3 – Il est publié en : 1950 – 1952 – 1954.

4 – Ahmed Sefrioui est né en : 1910 – 1915 – 1921.

5 –Comment s’appelle le narrateur ? AhmedSefrioui – Sidi Mohammed – Driss ?

6 – Le narrateur-enfant a : 5 ans – 6 ans – 7 ans.

7 – Quel est le problème du narrateur ? : - la migraine – la fièvre – la solitude ?

8 – Où habite-t-il ? : A Dar Kitoune – à Dar Idrissiyine – à Dar Chouafa.

9 – Parmi les romans d’Ahmed Sefrioui : - Voyageur sans Bagages – Le Chaplet d’Ambre – Les Misérables.

10 – Ahmed Sefrioui est décédé en : 2004 – 2005 – 2006.

11 – Le contexte historique de l’histoire : - La Marche Verte – l’indépendance du pays – la colonisation française.

12 – l’événement perturbateur : la maladie de l’enfant – la visite de Sidi Ali Boughaleb – la ruine du père.

13 – Nombre de saisons : 2 – 3 – 4 saisons.

14 – Le narrateur aime : l’invisible – le visible – le néant.

Chapitre I :

15 – L’enfant de 6 ans veut attraper : un moineau  - un linot – un chat.

16 – La voyante est adepte de la confrérie de : Gnaouas – Aissawa – Jilala.

17 – Le narrateur habitait au : 1er étage – 2ème étage – 3ème étage.

18 – Lalla Kenza était voyante et : Guérisseuse – Neggafa – Sorcière.

19 – La voyante s’offrait une séance de musique et de danse : 1 fois par mois – 2 fois par mois – 3 fois par mois.

20 – Le rez-de-chaussée contient : une seule pièce – 2 pièces – 3 pièces.

21 – Rahma faisait la cuisine : dans la chambre des invités – sur la terrasse – sur le palier.

22 – Driss El Aouad est le mari de : Lalla Zoubida – Fatma Bziouiya – Rahma.

23 – Pendant les mois de trêve, la voyante : voyageait – consultait d’autres voyantes – s’occupait de sa propre santé.

24 -La période où il n’ya pas de clientes s’appelle : la morte saison – la saison vide – la saison blanche.

25 – « ma mémoire était une cire fraiche », est : une périphrase – une métaphore – une comparaison.

26 – Le narrateur avait un penchant pour : le jeu – l’amusement – le rêve.

27 – Les autres bambins se contentent : du néant – de l’invisible – du visible.

28 – Abdellah était : coiffeur – épicier – babouchier.

29 – le narrateur adulte considère ce roman comme : une cire fraiche – un livre complet – un album.

30 –Le Msid était à la porte de : Zenkat Hejjama – Derb Nouala – Riad Jiha.

31 –Pour emmener l’enfant au bain maure, la mère lui promet : une orange et un œuf dur – une pomme et un œuf dur – une orange et une pomme.

32 – « je crois n’avoir jamais mis les pieds dans un bain maure depuis mon enfance » est un énoncé : ancré – coupé.

33 –Le sentiment que le narrateur éprouve à l’égard du bain maure est : le bonheur – la colère – le malaise.

34 – « je me demandais ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes » est une interrogation : directe – indirecte.

35 –« devant moi, il y avait : un peigne, un gobelet de cuire, des oranges… » est : une gradation – énumération – euphémisme.

36 – « ma mère m’aspergea alternativement d’eau bouillante et d’eau glacée » est une : antiphrase – oxymore – antithèse.

37 – La mère ne voulait pas s’embarrasser  de son enfant, car il était : méchant – turbulent – empoté.

38 – La boîte à merveilles : portait secours au narrateur aux heures de chagrin – lui permettait de dormir – lui permettait de revenir au visible.

39 – Le lendemain du bain, la mère : pleurait durant toute la journée – tombait malade – racontait la séance à toutes les voisines.

40 – La mère est décrite comme : bavarde – silencieuse – pieuse.

41 - Le bain maure, selon le narrateur, est : un lieu de potins - un lieu reposant – un lieu de médisance.

42 –Lalla Zoubida s’est disputée avec Rahma à cause : de la disparition de Zineb – de la lessive – du bruit fait par Sidi Mohammed.

43 – Le jour de la dispute était : le dimanche – le lundi – le mardi.

44 – Le narrateur et sa famille était d’origine : fassie – montagnarde – citadine.

45 – Driss El-Aouad était : jardinier – fabricant de charrues – tisserand.

46 – « le bruit devint une tempête, un tremblement de terre, l’écroulement du monde » est : une gradation et une hyperbole – une antiphrase et une périphrase – un euphémisme et une hyperbole.

 

Chapitre 2 :

47 – Le mardi est un jour : heureux – ordinaire – néfaste.

48 – Le narrateur-enfant n’aimait pas le mardi car c’était : le jour de récitation – le jour de lessive – le jour de repos.

49 –Lalla Zoubida : souffrait d’une migraine – avait mal au dos – avait de la fièvre.

50 – « La bouilloire sur son brasero entama timidement sa chanson » est : une métaphore – une hyperbole – une personnification.

51 – Lalla Aicha est : une voyante – une ancienne voisine – une amie de rencontre (passagère).

52 – Lalla Aicha remarqua : la pâleur du visage du narrateur – son bonheur – sa gentillesse.

53 –Lalla Zoubida pense que son enfant est malade à cause : - du jeu excessif – des yeux des envieux – de sa solitude.

54 – Lalla Aicha conseilla à Lalla Zoubida : - de consulter Sidi El-Arafi – d’aller à Sidi Ahmed – de visiter Sidi Ali Boughaleb.

55 – La Djellaba que le narrateur portait chaque jour était : Blache – Grise – Verte.

56 – Lalla Aicha était : plus large que haute – aussi Large que haute.

57 – Le sentiment que le narrateur éprouvait envers Lalla Aicha est : - La haine – le respect - le dégout.

58 – Lalla Aicha était : - Sorcière – Chérifa – Voyante.

59 – « … avant de voir surgir de la foule les deux haïks immaculés ».est : - une personnification – une synecdoque – une métaphore.

60 – Sidi Ali Boughaleb aimait tous les êtres et affectionnait en particulier : - les chats – les chiens – les oiseaux.

61 – La mère a donné à la Moqadma : une pièce d’un franc – deux pièces d’un franc – 3 pièces d’un franc.

62 – A la fin de la visite, l’enfant : a été griffé par un chat – s’est évanoui – est tombé malade.

63 – Après s’être réveillé, le narrateur a entendu : deux moineaux – deux chats –deux chiens.

64 – Zineb pleurait car : - Sidi Mohamed l’a frappée au nez – sa mère l’a gratifiée d’une gifle sonore – sa mère a refusée de l’emmener au baptême.

65 – Les voisins de Dar Chouafa habitaient ensemble depuis : un an – 2 ans – 3 ans.

66 – Le narrateur a considéré les salutations matinales des voisines comme : - une prière – une chanson – un boniment.

67 – Le jeudi était ordinairement jour de : - congé – de récitation – de lessive.

68 –Fatma Bziouiya aoffert à SidiMohamed: 2 beignets – 3 beignets – 4 beignets.

69 – Driss le teigneux vint pour : - demander la charité – chercher Mâalem Abdeslam – faire le marché.

70 – Driss le teigneux est : - l’associé de Mâalem Abdeslam – son apprenti – son concurrent.

71 –Mâalem Abdeslam était : tisserand – babouchier – jardinier.

72 – Le narrateur et ses parents pouvaient manger de la viande : - deux à trois fois par semaine – 3 à 4 fois par semaine – 4 à 5 fois par semaine.

73 – Fatma Bziouiya a donnée à Sidi Mohamed : un oignon – un navet – un radis.

74 – Rahma a donnée au narrateur : - un bouton décoré – un cabochon – un cadenas.

75 – La mère a considéré l’objet, offert par Rahma, comme : un simple bout de verre – un objet fabuleux – un ami véritable.

 

Chapitre 3 :

76 – Le maître : - était très actif – était très heureux – somnolait.

77 – Avant de quitter le Msid, les élèves doivent : réciter trois versets pour chacun – réciter la première sourate – faire les ablutions.

78 – Le Vendredi, les élèves doivent réciter quelque vers de : - El Imam Ali – Abou Achir – BnouAchir.

79 – Fatma Bziouiya a acheté : - une lampe à pétrole – un cierge – plusieurs bougies.

80 – «  une lampe à pétrole identique à celle de notre voisine » est : - une métaphore – une personnification – une comparaison.

81 – Rahma pleurait car : - son mari est décédé – Zineb a disparue –Lalla Zoubida l’a insultée.

82 – Rahma est sortie pour aller assister à : - un mariage – un bal – un baptême.

83 – Sidi Mohamed pleurait car : - Zineb a disparue – il était malade – il avait faim.

84 – Qui a trouvé Zineb ? : - Fatma Bziouiya – Lalla Zoubida – Fatma Bziouiya et Lalla Zoubida.

85 – Zineb était trouvée à : Dar Kitoune – Dar Chouafa – Dar Ttofoula.

86 – Rahma a préparé : - un repas pour les mendiants – un repas pour sa fille Zineb – un repas pour les enfants.

87 – Les hôtes de Rahma étaient : - des vieux – des enfants – des aveugles.

Chapitre 4

88 – C’était les premiers jours : - de l’hiver – du printemps –de l’été.

89 – Lalla Zoubida et son fils ont rendu visite à : Lalla Aicha – Lalla Khadija – Lalla Salama.

90 – Sa mère avait : - 22 ans – 32 ans – 42 ans.

91 – Les enfants ont joué : - aux cartes – au Ballon – à la mariée.

100 – Le jeu a été terminé par : - des applaudissements – des compliments – une dispute.

101 – Fatma Bziouiya avait : - un tatouage sur le menton – une balafre sur la joue – une cicatrice sur le front.

102 – Le Mari de Lalla Aicha s’appelle : - Allal – Moulay Abdelkader – Moulay Larbi.

103 – Quelle était la formule sacrée employée par les hommes ? : - Puis-je entrer ? – Puis-je passer ? – Puis-je sortir ?

104 – En attendant le retour de Lalla Aicha, Lalla Zoubida se leva pour : - revenir à sa maison – regarder par la fenêtre – préparer le déjeuner.

105 – Après être revenue, Lalla Aicha commence à : - Rire – sourire largement – pleurer.

106 – Dans la conversation des deux femmes, l’enfant a entendu le mot : - Ogre – Voleur – Pacha.

107 – Moulay Larbi a été trahi par son associé : Abdelkader – Abdeslam – Abdennabi.

108 – quelle est la somme que Moulay Larbi a versé à son associé Abdelkader ? : 60 Rials – 70 Rials – 80 Rials.

109 – le chat de Zineb est décrit comme : maladif – méchant – doux.

110 – la boite à merveilles permet au narrateur de : s’évader du monde réel – de jouer avec ses camarades – de s’évader du monde invisible.

111 – Abdellah était : fabricant de charrues – épicier –tisserand.

112 –Lahbib a jeûné plus d’une semaine : pour se purifier de son mensonge – pour se purifier de sa colère – pour l’amour d’Allah.

Chapitre 5 :

113 – le maître du Msid est heureux car : c’est le jour de Achoura – il ira au pèlerinage – la fête de Achoura approche.

114 – à son retour, sa mère était : absente – malade – malheureuse.

117 – Lalla Aicha, pour aider son mari : a fait une dette de son ami Zoubida – a visité Sidi Ali Boughaleb – a vendu ses bijoux et son mobilier.

118 – le narrateur relate le souvenir de la mort de : Sidi Mohammed Ben Tahar – Lahbib et Abdennabi – Abdellah l’épicier.

119 – le défunt était : babouchier – coiffeur – Fquih.

120- Lalla Zoubida a donné à son fils : un soufflet  – un cadeau – un beignet.

121 – Sidi Mohamed a envoyé à Zineb un coup de poing : sur le front – sur les yeux – sur le nez.

122 – « des torrents de larme lui inondèrent le visage » est : une hyperbole – une comparaison – une synecdoque.

123 – Moulay Abdeslam a raconté une histoire à son fils pour : lui décrire une tombe – pour le consoler – pour lui faire découvrir les secrets de la mort.

124 – la nuit, le narrateur : a bien dormi – a veillé tard – avait de la fièvre.

125 – le cadeau offert par la mère à Sidi Mohamed était : un cabochon – un clou taillé – une chaînette de cuivre.

126 – le chat de Zineb : a volé la chaînette du narrateur – a griffé le narrateur – a dormi sur les genoux du narrateur.

127 – une dispute s’est éclatée entre : Lalla Zoubida et Rahma – Zineb et le narrateur – Moulay Larbi et son associé

Chapitre : 6

128- le nombre des marches du Msid est : 2 – 3 – 4 marches.

129 – le narrateur relate le souvenir de : - la fête de sacrifice – la fête du trône – la fête de Achoura.

130 – le narrateur se sent : - d’une tristesse profonde – très heureux – d’une inquiétude incomparable.

131 – Sur la terrasse, l’enfant a joué : - avec une baguette – avec chaînette – avec ses objets.

132 – La mère a traité son fils de juif et de chien galeux car : - il s’est disputé avec Zineb – il n’a pas voulu aller à l’école – il s’est tardé en jouant sur la terrasse.

133 – Le narrateur n’est pas allé au Msid car : - il irait avec sa mère au marché des tissus – car il était malade – car c’était un jour de congé.

134 – La mère a acheté à son fils : - une chemise neuve et un gilet – une Djellaba blanche et un gilet – une chemise neuve et une Djellaba.

135 – Le narrateur rêve de devenir : - un roi – un instituteur – un prince.

136 – Le narrateur s’est disputé avec Zineb car : - elle lui a fait une grimace – elle lui a volé sa chaînette – elle lui a volé son gilet.

137 –La femme qui chantait les lambeaux d’une  cantilène s’appelait : Fatma Bziouiya – Lalla Khadija – Rahma.

138 – L’oncle Othman est le mari de : Salma – La vieille négresse – Khadija.

139 – Qui a raconté l’histoire de l’oncle Othman : - Fatma Bziouiya – Lalla Khadija – Rahma.

140 – Oncle Othman traite sa femme Khadija comme : - sa sœur – sa mère – sa fille.

 

Chapitre 7

141 – La mère du narrateur a fait l’acquisition : - d’un tambour – d’une taârija – d’une trompette.

142 – Le narrateur a comparé Zineb à : - une aveugle – une muette – une sourde.

143 – La figure de style employée dans cette expression : « Ma mère me pria de monter sur la terrasse, braire tout à mon aise », est : - une hyperbole – une métaphore – une comparaison.

144 – L’élève envoyé par le Fquih s’appelle : Sidi Mohamed – Lahbib – Azzouz.

145 – Sidi Mohamed doit aller au Msid : - pour travailler – pour jouer – pour lire le Coran.

146 – La mission accomplie par les enfants au Msid correspond à : - La préparation du chaux – la préparation des mattes – la préparation des lustres.

147 –L’enfant qui s’est coupé le pouce avec une lamelle s’appelle : - Sidi Mohamed – Lahbib – Azzouz.

148 – Le narrateur a trouvé sa mère très ennuyée car : - Mâalem Abdeslam est malade – Elle a de la migraine – il n’y avait plus de pétrole dans la lampe.

149 – Qui a rendu service à Lalla Zoubida : - Allal le jardinier – Driss El-Aouad – Driss le teigneux ?

150 – Lalla Kenza a demandé à Lalla Zoubida : un brin de menthe – une poignée de thé – une bougie.

151 – Lalla Kenza a donné au narrateur : - une poignée de grains de sésame – un radis – une orange et un œuf dure.

152 – Qu’est-ce qui inquiète le narrateur dans sa sortie avec son père ? : - La séance du Coran – la séance du coiffeur – la séance du bain maure.

153 – Le père a acheté à son fils : - 1 jouet – 2 jouets – 3 jouets.

154 –« Je lui posais mille questions » est : -une métaphore – un oxymore – une hyperbole.

155 – Le coiffeur s’appelle : - Si Abderrahmane – Si Ahmed – Oncle Hammad.

156 –Bnou Achir est : - un babouchier – un coiffeur – un tisserand.

157 – Le cierge acheté par le père à son fils était destiné : - à la mère – à Lalla Kenza – au Fquih.

158 –L’oncle Hammad était : - malade – heureux – ennuyé.

159 – « Elles nous conseillèrent d’aller sur la terrasse charmer les oreilles des voisins » est : - une anaphore – une périphrase – une antiphrase.

160 – Le cadeau offert au Fquih était : - un cierge et deux francs – un cierge et cinq francs – un cierge et sept francs.

161 – «  Les petites flammes dansaient » est : - une personnification – une métaphore – une hyperbole.

162 – Qui a rendu visite à la mère du narrateur ? : - Fatma Bziouiya – Rahma – Lalla Aicha.

 

Chapitre 8

163 – Les insectes et les mouches ont envahi la maison à cause de : - la saleté – la chaleur – la pollution.

164 – L’école fut installée dans : - un village plus proche – une Zaouiya – un sanctuaire.

165 – Les jeunes filles visitaient le mausolée (où s’est installée l’école) pour : - se marier – se débarrasser de leurs maux – faire des invocations.

166 –« La petite fontaine circulaire chantonnait dans un coin » est : - une métaphore – une anaphore – une personnification.

167 – Le père a emmené sa femme et son fils au : - Souk des tissus – Souk des bijoux – Souk des épices.

168 – Le jour où le narrateur est sorti avec ses parents était : - Lundi – Mardi – Jeudi.

169 – Le père est sorti avec sa femme et son fils pour acheter : - une chemise à son fils – des épices et des provisions - Un bracelets à sa femme.

170 – Le père annonce la mort de : - La mère de Allal – La mère de Driss El-Aouad – La mère de Driss le teigneux.

171 – « Les bijoux, c’est beau comme les fleurs » est : - Une comparaison – Une hyperbole – Une personnification.

172 – « Le souk des bijoutiers ressemblait à l’entrée d’une fourmilière » est : - Une comparaison – Une hyperbole – Une personnification.

173 – Qui est sortie avec le narrateur et ses parents : - Rahma – Fatma Bziouiya – Lalla Aicha.

174 – Le malheur du jour était : - la ruine du père – la dispute du père avec un courtier – la maladie de l’enfant.

175 – La mère a refusé ses bracelets car : - ils sont de mauvaise augure – ils sont moins chers – ils ne sont pas de bonne qualité.

176 – Zoubida a pensé que les bracelets achetés par son mari sont : - des bijoux fabuleux – des porte-malheur – le meilleur cadeau qu’on lui a offert.

177 – Moulay Larbi (le mari de Lalla Aicha) : - a épousé une seconde femme – s’est disputé avec son associé Abdelkader – a perdu tout son capital.

178 –Le père de la nouvelle épouse (de Moulay Larbi) s’appelle : - Oncle Othman – Abderrahmane – Si Allal.

179 – Le narrateur Sidi Mohamed : - a dormi profondément – est tombé malade – s’est cassé le doigt.

 

Chapitre 9

180 – La mère a préparé à son fils : - un plat de ragoût – un bol de bouillon – des beignets.

181 – Le malheur de la famille du narrateur est : - la ruine du père – la maladie de Sidi Mohamed – la dispute de la mère avec les voisines.

182 – La mère se lamente parce que : - son fils est malade – Rahma l’a insulté – son mari s’est ruiné.

183 – Le père a perdu son capital : - dans la cohue des enchères aux haïks – au souk des bijoux – sur son chemin à la mosquée.

184 – Que décide le père : - travailler comme ouvrier dans un atelier – travailler comme moissonneur – vendre tout le mobilier de la maison.

185 – La mère a considéré ses bracelets comme : - bénis – précieux – maudits.

186 –Le père quitterait sa famille pendant : - un mois – 2 mois – 3 mois.

187 – Le père a quitté sa famille : - à l’aube – à midi – à minuit.

188 – Fatma Bziouiya a donné à Sidi Mohamed : - 2 beignets – un beau radis – un bol de potage.

189 – «  Le bruit de ses narines me rappela le son de la trompette du Ramadan » est : - une hyperbole – une comparaison – une métaphore.

190 – Sidi Mohamed est allé avec sa mère à : - Sidi Ahmed Tijani - Sidi Ali Boughaleb – Sidi Ali Bousserghine.

191 – Sidi Mohamed, sa mère et Lalla Aicha ont visité : Sidi Ahmed Tijani – Sidi Ali Boughaleb – Sidi El-Arfi.

                                                           

Chapitre 10

 

192 – «  Lalla Aicha se mit à respirer comme un soufflet de forge » est :- une comparaison  – Une métaphore – Une personnification.

193 –« Sidi El-Arfi » était : - sourd – muet – aveugle.

194 – Sidi El-Arfi a conseillé au narrateur de réciter souvent : - Le premier chapitre du Coran – Le verset du trône – Le chapitre de « ELBAQARA ».

195 – La femme de Sidi El-Arfi parlait avec l’accent de : - Tafilalet – Jbala – El Khmissat.

196 – Sidi El-Arafi a demandé à sa femme : - un panier – une bol – un œuf et une assiette.

197 –Sidi Mohamed met la main dans le panier de Sidi El-Arfi et fait sortir : - une perle noir – une boule de verre – un minuscule coquillage.

198 – Lalla Aicha a fait sortir (du panier) : - une perle noir – une boule de verre – un minuscule coquillage.

199 – Lalla Zoubida a fait sortir (du panier) : - une perle noir – une boule de verre – un minuscule coquillage.

200 – L’enfant s’est caché dans les plis du haïk de sa mère car : - il a vu passer le Fquih –il avait peur d’un aveugle – il peur de la femme de Sidi El-Arfi.

201 – « mon teint rappelait l’écorce de grenade » est : - une comparaison  – Une métaphore – Une personnification.

202 – Le messager envoyé par le père apporte : - une lettre et un poulet – des provisions et de l’argent – une bouteille d’huile et des œufs.

 

Chapitre 11

203 – La femme qui avait la voix d’homme s’appelait : - Mbarka – Khadija – Salama.

204 – La nouvelle visiteuse était : - une voyante – une marieuse professionnelle – une neggafa professionnelle.

205 –Salama est venue pour annoncer : - une bonne nouvelle – un grand malheur – une mauvaise surprise.

206 – La jeune fille qui s’est mêlé à la conversation : s’appelle : - Khadija – Salima – Zhor.

207 – La bonne nouvelle annoncé par les deux visiteuses est : - Moulay Larbi a l’intention de répudier la fille du coiffeur – le père du narrateur est revenu de la compagne –Sidi Mohamed apprend vite le Coran.

 

Chapitre 12 :

208 - Le petit enfant envoyé par le Fquih s’appelle : Hammoussa – Allal – Azzouz Berrada.

209 – le Fquih a envoyé un enfant au narrateur : pour lui demander de revenir au Msid – pour lui offrir un cadeau – pour prendre de ses nouvelles.

210 – quelle est la bonne nouvelle dans ce chapitre ? : Le retour du père – la guérison de l’enfant – la visite de Sidi El-Arafi ?

211 – qui a annoncé la bonne nouvelle ? : Hammoussa – Zineb – Allal Elyaakoubi ?

212 – le père tenait : 2 poulets – 3 poulets – 4 poulets.

213 – la personne qui est venue discuter avec le père du narrateur est : Driss El-Aouad – Driss le teigneux – Allal le jardinier.

214 – la bonne nouvelle de Lalla Aicha est : l’achat d’une nouvelle maison – le divorce entre Moulay Larbi et la fille du coiffeur – la mort de la fille du coiffeur.

215 – qui a annoncé la bonne nouvelle de Lalla Aicha : Moulay Larbi - Driss El-Aouad – Driss le teigneux.

216 – pendant la conversation des deux hommes, l’enfant : a ouvert sa boite à merveilles – jouait avec Zineb – s’est évanoui. 

27 votes. Moyenne 3.96 sur 5.

Commentaires (2)

1. ahmad 01/06/2019

la correction svp

2. madi abdelaziz 21/09/2018

السلام عليكم و رحمة الله
merci infiniment pour ce site . que DIEU vous protège .
SVP ou je peux trouver le corrigé des exercices?
( je m’intéresse au première année BAC )
حياك الله وحفظك في الدنيا و الآخرة

Ajouter un commentaire
 

السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site