السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

la boite à ...: examens 2011

Examen régional : Académie de Tanger-Tétouan (session : Juin 2011)

 

Texte :

Je m'approchais de mon père. Il se débarrassa des deux poulets. Il les posa à même le sol. Ils avaient les pattes liées par un brin de palmier. Ils se mirent à battre des ailes, à pousser des gloussements de terreur. Mon père m'intimidait. Je le trouvais changé. Son visage avait pris une couleur terre cuite qui me déconcertait. Sa djellaba sentait la terre, la sueur et le crottin. Lorsqu'il passa ses mains sous mes aisselles et me souleva à la hauteur de son turban, je repris entièrement confiance et j'éclatai de rire. Ma mère sortit de sa torpeur. Elle rit comme une petite fille, s'empara des poulets pour les emporter à la cuisine, revint aider mon père à vider son capuchon qui contenait des œufs, sortit d'un sac de doum un pot de beurre, une bouteille d'huile, un paquet d'olives, un morceau de galette paysanne en grosse semoule. Prise d'une fièvre d'activité, elle rangeait nos richesses, soufflait sur le feu, allait, venait d'un pas pressé sans s'arrêter de parler, de poser des questions, de me gourmander gentiment.

Installé sur les genoux de mon père, je lui racontais les événements qui avaient meublé notre vie pendant son absence. (...)

Les voisines faisaient à haute voix des vœux pour que notre bonheur soit durable et notre santé prospère.

Des you-you éclatèrent sur la terrasse. Des femmes venues des maisons mitoyennes manifestaient ainsi, bruyamment, la part qu'elles prenaient à notre joie. Ma mère ne cessait de remercier les unes et les autres.

 

A.     Étude de texte : (10 pts)

 

Lisez le texte et répondez aux questions suivantes :

1)      Recopiez et complétez le tableau suivant : (0,25 x 4) 1 pt

 

Titre de l'œuvre étudiée

 

Nom de l'auteur

 

Genre de l'œuvre étudiée

 

Siècle

 

 

 

 

 

2)      Pour situer ce texte, dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses :

a.      Le père du petit garçon s'appelle Abdeslem.

b.      II a quitté la maison pour travailler dans une usine.

c.       Pendant l'absence du père, le petit garçon et sa mère avaient tous les moyens pour vivre aisément.

d.      Le petit garçon était malheureux après le départ de son père. (0,25 x 4) 1 pt

 

3)      L'enfant constate que son père a changé.

Relevez dans le texte deux énoncés qui le montrent. (0,5 x 2) 1 pt

 

4)      À l’ occasion du retour du mari, la mère devient très active.

Nommez quatre actions ou activités qu'elle fait. (0,25 x 4) 1 pt

 

5)      Relevez dans le texte quatre termes appartenant au champ lexical de la « nourriture ». (0,25 x 4) 1 pt

 

6)      En vous référant au texte, dites à qui ou à quoi renvoient les pronoms soulignés :

-« Il les posa à même le sol » ;

-« Je le trouvais changé ». (0,5 x 2) 1 pt

 

7)      « Elle rit comme une petite fille ».

La figure de style utilisée dans cet énoncé est :

a.      Une métaphore

b.      Une répétition

c.       Une comparaison

Recopiez la bonne réponse 1 pt

 

8)      Les voisines sont, elles aussi, heureuses à l'occasion du retour du père.

Relevez dans le texte deux énoncés qui montrent ce qu'elles font dans ce sens. (0,5 x2) 1 pt

 

9)      Au moment où la mère rangeait ce que le père avait rapporté, où se trouvait le petit garçon?

Que faisait-il ? (0,5x2) 1 pt

 

10)  a) À votre avis, faut-il bien se comporter avec les voisins ?

b) Pourquoi ? (0,25x2) 1 pt

 

B.      Production écrite : (10 pts)

Sujet :

On dit que les voisins, aujourd'hui, ne sont plus ce qu'ils étaient autrefois : ils aidaient les vieux, les veuves et se comportaient bien avec les enfants.

Aujourd'hui, chacun ne pense qu'à ses propres intérêts.

Partagez-vous ce point de vue ?

Développez votre réflexion en vous appuyant sur des arguments et des exemples précis.

 

Lors de la correction, on tiendra compte des indications contenues dans le tableau suivant :

 

 

Critères d'évaluation

 

Pourcentage alloué

 

Barème de notation

 

-Conformité de la production à la consigne d'écriture. 2 pts

-Cohérence de l'argumentation. 1 pt

-Structure du texte (organisation et progression du texte). 1 + 1 pts

 

25°/°

 

5 points

 

-Critères d'évaluation de la langue.

-Vocabulaire (usage de termes précis et variés).

-Syntaxe (construction de phrases correctes).

-Ponctuation (usage d'une ponctuation adéquate).

-Orthographe d'usage et orthographe d'accord.

-Conjugaison (emploi des temps)

 

25°/°

 

5 points

 

Examen régional : Académie de Meknès-Tafilalt (session : Juin 2011)

 

TEXTE :

- Malheur! Malheur! Etre abandonnée de son mari et vivre avec un fils affublé d'une tête de mule est un si triste sort qu'on n'oserait pas le souhaiter à son ennemi. (...) Dieu! Écoute mes pleurs! Exauce mes prières.

La porte du ciel devait être grande ouverte.

Zineb, partie faire une commission, revint tout essoufflée. Tout le monde l'entendit crier de la ruelle.

- Mère Zoubida! Mère Zoubida! Je t'apporte une bonne nouvelle, une bonne nouvelle !

Une bonne nouvelle ?

Ma mère s'arrêta de vitupérer contre moi. Zineb, suffoquée par l'émotion se planta au milieu du patio, tenta sans y parvenir d'expliquer ce dont il s'agissait. Personne ne comprit le motif de son excitation. Les femmes avaient abandonné leur ouvrage. Elles regardaient qui par une lucarne, qui par une fenêtre, Zineb gesticuler au milieu de la cour. Je quittai ma cachette. Zineb s'immobilisa épuisée. Toutes les femmes se mirent à l'interroger. Elle releva la tête en direction de notre chambre et parvint à dire enfin :

- J'ai vu dans la rue... le Maâlem... Abdeslem!

Un silence incrédule accueillit cette déclaration.

Rahma le rompit :

- Que racontes-tu, petite menteuse?

- J'ai vu Ba Abdeslem, non loin du marchand de farine, près de la mosquée du bigaradier. Il tient deux poulets à la main. ( ...)

Kanza de sa chambre dit :

-Si ce que raconte Zineb est vrai, nous en sommes toutes très heureuses et nous souhaitons au Maâlem Abdeslem bon retour.

Ma mère ne disait rien. Elle me rejoignit dans notre chambre et restait au milieu de la pièce les bras ballants. Elle avait quitté la terre, elle nageait dans la joie au point de perdre l'usage de sa langue.

Je me précipitai vers l'escalier. Je ne savais pas au juste où je me dirigeais. J'avais parcouru une dizaine de marches lorsque la voix de mon père monta du rez-de-chaussée.

-N'y a-t-il personne, puis-je passer?

Le timbre n'en avait pas changé.

- Passe, Maâlem Abdeslem. Aujourd'hui est un jour béni. Dieu t'a rendu aux tiens, qu'il en soit loué, répondit Kanza la voyante.

- Dieu te comble de ses bénédictions, dit mon père.

Je rebroussai chemin. Je voulais le voir entrer dans la chambre. L'escalier me paraissait un lieu sombre, il n'était nullement indiqué pour revoir mon père au retour d'un aussi long voyage. Ma mère n'avait pas bougé. Elle me parut un peu souffrante. Moi-même, je ne me sentais plus très bien. Mon front se couvrit de gouttelettes froides et mes mains tremblaient légèrement. Le pas pesant de mon père résonnait toujours dans l'escalier. Une ombre obscurcit la porte de notre chambre. Mon père entra.

Extrait de « La Boîte à Merveilles » d'Ahmed Sefrioui

 

QUESTIONS

 

        I.            ÉTUDE DE TEXTE (10 pts)

Relisez le texte et répondez aux questions suivantes :

1)      Ahmed Sefrioui est un écrivain marocain d'expression française.

Quand et où est-il né ? (0,25x2)

Citez une de ses œuvres (autre que « La Boîte à Merveilles ». (0,25).

Quand est-il mort ? (0,25).

Pour répondre, vous pouvez choisir parmi les informations suivantes : 1905, 1915, 1984, 2004, à Fès, à Oujda, « Le Chapelet d'ambre », « Partir ». 1 pt

2)      a) « La Boîte à Merveilles » est-elle une œuvre autobiographique ?

b) Pourquoi ? (0,5x2) 1 pt

3)      D'après votre lecture de l’œuvre, pourquoi le mari de Zoubida a-t-il quitté sa famille ? 1 pt

4)      D'après votre lecture de l'œuvre, pourquoi Sidi Mohamed s'est-il caché ? 0,5 pt

5)      a) Relevez dans le texte quatre termes appartenant au champ lexical d'une habitation. (0,5x4)

b) Où se passe la scène ? 0,5 pt

6)      Quelle nouvelle Zineb a-t-elle apportée à Zoubida ? 0,5 pt

7)      Dans le texte, dégagez :

-Deux sentiments éprouvés par le narrateur.

-Deux sentiments éprouvés par sa mère.

Qu'est-ce qui est à l'origine de chacun des sentiments éprouvés ? 2 pts

8)      Dégagez un trait de caractère de Maâlem Abdeslem dans cet extrait. 0,5 pt

9)      a) Découpez le texte en deux parties.

b) Donnez un titre à chacune d'elles. 1 pt

10)  Comment trouvez-vous la mère du narrateur dans cet extrait? 1 pt

 

      II.            PRODUCTION ÉCRITE (10 pts)

 

Certains lecteurs de « la Boîte à Merveilles» affirment que Lalla Zoubida, la mère du narrateur, a quelques défauts mais elle a beaucoup de qualités.

Approuvez-vous cette affirmation ?

Rédigez un texte dans lequel vous expliquerez comment doit être une bonne mère.

 

NB: Lors de la correction de la production écrite, il sera tenu compte des éléments suivants :

-Présentation de la copie : 2 pts.

-Respect de la consigne : 3 pts.

-Cohérence textuelle : 2 pts.

-Correction de la langue : 3 pts.

 

Examen régional : Académie de Chaouia-Ouardigha-Settat (session : Juin 2011)

Texte :

 

Ma mère me calma :

- Je t'emmène prendre un bain, je te promets un orange et un œuf dur et tu trouves le moyen de braire comme un âne !

Toujours hoquetant, je répondis :

- Je ne veux pas aller en Enfer.

Elle leva les yeux au ciel et se tut, confondue par tant de niaiserie.

Je crois n'avoir jamais mis les pieds dans un bain maure depuis mon enfance. Une vague appréhension et un sentiment de malaise m'ont toujours empêché d'en franchir la porte. A bien réfléchir je n'aime pas les bains maures. La promiscuité, l'espèce d'impudeur et de laisser-aller que les gens se croient obligés d'affecter en de tels lieux m'en écartent. Même enfant, je sentais sur tout ce grouillement de corps humides, dans ce demi-jour inquiétant, une odeur de péché. Sentiment très vague, surtout à l'âge où je pouvais encore accompagner ma mère au bain maure, mais qui provoquait en moi un certain trouble.

Dès notre arrivée nous grimpâmes sur une vaste estrade couverte de nattes. Après avoir payé soixante quinze centimes à la caissière nous commençâmes notre déshabillage dans un tumulte de voix aiguës, un va-et-vient continu de femmes à moitié habillées, déballant de leurs énormes baluchons des caftans et des mansourias, des chemises et des pantalons, des haïks à glands de soie d'une éblouissante blancheur. Toutes ces femmes parlaient fort, gesticulaient avec passion, poussaient des hurlements inexplicables et injustifiés.

Je retirai mes vêtements et je restai tout bête, les mains sur le ventre, devant ma mère lancée dans une explication avec une amie de rencontre. Il y avait bien d'autres enfants, mais ils paraissaient à leur aise, couraient entre les cuisses humides, les mamelles pendantes, les montagnes de baluchons, fiers de montrer leurs ventres ballonnés et leurs fesses grises.

Je me sentais plus seul que jamais. J'étais de plus en plus persuadé que c'était bel et bien l'Enfer. Dans les salles chaudes, l'atmosphère de vapeur, les personnages de cauchemar qui s'y agitaient, la température, finirent par m'anéantir. Je m'assis dans un coin, tremblant de fièvre et de peur. Je me demandais ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes qui tournoyaient partout, couraient dans tous les sens, traînant de grands seaux de bois débordants d'eau bouillante qui m'éclaboussait au passage.

 

                     I.            Compréhension : (10 points)

1)    

 

Titre de l’œuvre

 

Auteur

 

Genre de roman

 

Époque des évènements

 

 

 

 

   

-Remplissez le tableau ci –dessus en vous référant à l’œuvre d’où le texte est tiré. (0,25x4)

 

2)      D'après votre lecture de l’œuvre, quel métier (activité) exerce chacun de ces personnages ? (0,5x2)

-Abdallah, Lalla Kanza.

 

3)      Dans le lieu où se trouvait le narrateur :

 

 

Vrai

 

Faux

 

a- Les autres enfants étaient à l'aise.

 

 

 

b- Les femmes parlaient à voix basse.

 

 

 

c- Le narrateur y est venu tout seul.

 

 

 

d- Les femmes rangeaient leurs affaires dans des valises.

 

 

 

-Mettez une croix dans la case qui convient en vous référant au texte. (0,25x4)

 

4)      Quels sentiments le narrateur éprouve-t-il dans le dernier paragraphe du texte ? (se limiter à deux sentiments) (0,5x2)

 

5)      Dans ce même paragraphe (le dernier):

a)      À quoi le narrateur compare-t-il ce lieu ? (0,5)

b)     Justifiez votre réponse en vous limitant à deux indices. (0,25x2)

 

6)      a)- Je ne veux pas aller en Enfer.

b) Dés notre arrivée, nous grimpâmes sur une vaste estrade couverte de nattes.

-Précisez le mode d'énonciation (le système énonciatif) utilisé dans chacun des deux énoncés ci-dessus. (0,5x2)

 

7)      Relevez dans le texte :

a)      quatre mots relatifs au champ lexical du « corps humain ». (0,25x4)

b)     une phrase comportant une comparaison. (1 pt)

 

8)      À votre avis, le narrateur a-t-il gardé un bon souvenir du lieu où il était ?

Justifiez votre réponse. (1pt)

 

9)      D'après votre lecture du passage, quelle idée vous faites-vous du narrateur ? (1 pt)

 

                   II.            Production écrite : (10 points)

Sujet:

De nos jours, les jeunes préfèrent quitter leur maison familiale après leur mariage, pour aller habiter ailleurs. Qu’en pensez-vous ?

Rédiger un texte dans lequel vous exprimez votre point de vue en l’illustrant par des exemples précis.

 

Examen régional : Académie du Gharb-Cherarda-benihssen (session : Juin 2011)

 

TEXTE :

 

Mon père, rassasié, but une gorgée d’eau, s'essuya la bouche, tira à lui un coussin pour s'accouder et demanda : - Avec qui t'es-tu encore disputée?

La phrase a eut sur ma mère un effet magique .Elle cessa de pleurer, releva la tête et, avec une explosion de fureur, s'adressa à mon père :

- Mais avec la gueuse du premier étage, la femme du fabricant de charrues ! Cette dégoûtante créature a souillé mon linge propre avec ses guenilles qui sentent l'étable .Elle ne se lave jamais d’ordinaire, elle garde ses vêtements trois mois, mais pour provoquer une querelle, elle choisit le lundi, mon jour de lessive, pour sortir ses haillons. Tu connais ma patience, je cherche toujours à aplanir les difficultés, je ne me départis jamais de ma courtoisie coutumière ; je tiens cela de ma famille, sous sommes polis. Les gens qui nous provoquent par des paroles grossières perdent leur temps .Nous savons conserver notre calme et garder notre dignité. Il a fallu cette pouilleuse ...

La voix de Rahma troua la nuit.

- Pouilleuse ! Moi ! Entendez-vous, peuple des Musulmans ? La journée ne lui a pas suffi, les hommes sont maintenant dans la maison et pourront témoigner devant Dieu qui de nous deux a dépassé les limites des convenances.

Ce qui se passa après ne peut être décrit par des mots, Ce furent d'abord des cris aigus et prolongés, des vociférations, des sons sans suite et sans signification .Chacune des antagonistes, penchée hors de sa fenêtre, gesticulait dans le vide, crachait des injures que personne ne comprenait, s'arrachait les cheveux .Possédées du démon de la danse, elles faisaient d'étranges contorsions .Voisins et voisines sortirent de leurs chambres et mêlèrent leurs cris aux cris des deux furies. Les hommes, de leur voix graves, les exhortaient au calme, insistaient pour qu'elles maudissent solennellement Satan, mais ces sages conseils les excitaient davantage.

Le bruit devient intolérable. C'était une tempête, un tremblement de terre, le déchaînement des forces obscures, l'écroulement du monde.

Je n'en pouvais plus .Mes oreilles étaient au supplice, mon cœur dans ma poitrine heurtait avec force les parois de sa cage. Les sanglots m'étouffèrent et je m'écroulai aux pieds de ma mère, sans connaissance.

 

        I.            ÉTUDE DE TEXTE : (10 points)

 

1)      Recopiez et complétez : (0,25x4)

 

 

Titre de l’œuvre

Genre de l’œuvre

Auteur

Un autre titre de ses œuvres

 

 

 

 

 

2)      Situez le passage par rapport à ce qui précède. (1 pt)

 

3)      « Avec qui t'es-tu encore disputée ? » D'après cette phrase, est-ce que Lalla Zoubida est :

a)      Tolérante.

b)     Querelleuse.

c)      Patiente. (1 pt)

 

4)      Qu'est ce-qui a déclenché la nouvelle dispute des deux voisines ? (1 pt)

 

5)      Dans le texte, Lalla Zoubida ressent une fierté par rapport à sa voisine. Quelle est l'origine de cette fierté ? (1 pt)

 

6)      Relevez du texte quatre termes appartenant au champ lexical de l’insulte. (0,5x4)

 

7)      « C'était une tempête, un tremblement de terre, le déchaînement des forces obscures, l'écroulement du monde. » Dans cette phrase la gradation est :

a)      Croissante.

b)     Décroissante. (1 pt)

 

8)      Quel est l'effet recherché par l'utilisation de cette figure de style ? (1 pt)

 

9)      L'intervention des hommes a-t-elle réussi à faire revenir le calme à la maison ? Justifiez votre réponse à partir du texte. (0,5x2)

 

10)  Comment réagit l'enfant face à cette dispute ? (1 pt)

 

      II.            PRODUCTION ÉCRITE : (10 points)

 

Il arrive que certains parents se disputent devant leurs enfants sans trop se soucier des conséquences de leurs actes.

À partir de votre expérience personnelle, rédigez un texte argumentatif où vous montrerez les effets de ces scènes de ménage sur l'éducation des enfants et les relations familiales.

 

Examen régional : Académie de Taza-Hoceima-Taounate (Session : Juin 2011)

 

Texte :

Ma mère se leva pour se préparer .Elle changea de chemise et de mansouria, chercha au fond du coffre une vieille ceinture brodée d’un vert passé, trouva un morceau de cotonnade blanche qui lui servait de voile, se drapa dignement de haïk fraichement lavé.

C’était, en vérité, un grand jour, j’eus droit à ma djellaba blanche et je dus quitter celle de tous les jours, une djellaba grise, d’un gris indéfinissable, constellée de taches d’encre et de ronds de graisse.

Lalla Aicha éprouva toutes sortes de difficultés à s’arracher du matelas ou elle gisait.

J’ai gardé un vif souvenir de cette femme, plus large que haute, avec une tête qui reposait directement sur le tronc, des bras courts qui s’agitaient constamment. Son visage lisse et rond m’inspirait un certain dégoût. Je n’aimais pas qu’elle m’embrassât. (…)

Enfin, tout le monde s’engagea dans l’escalier .Nous nous trouvâmes bientôt dans la rue.

Les deux femmes marchaient à tout petits pas, se penchant parfois l’une sur l’autre pour se communiquer leurs impressions dans un chuchotement. À la maison, elles faisaient trembler les murs en racontant les moindres futilités, tellement leurs codes vocales étaient à toute épreuve ; elles devenaient, dans la rue, aphones et gentiment minaudières.

Parfois je les devançais, mais elles me rattrapaient tous les trois pas pour me prodiguer des conseils de prudence et de des recommandations. Je ne devais pas me frotter aux murs : les murs étaient si sales et j’avais ma superbe djellaba blanche, je devais me moucher souvent avec le beau mouchoir brodé pendu à mon cou, je devais de même m’écarter des ânes, ne jamais être derrière eux car ils pouvaient ruer et jamais devant car ils prenaient un malin plaisir à mordre les petits enfants.

 

QUESTIONS :

        I.            ÉTUDE DE TEXTE : (10 points)

 

1)      Ce texte est extrait de :

-un roman à thèse - un roman autobiographique - une tragédie - une nouvelle.

a)      Recopiez la bonne proposition (0,5 pt)

b)     Qui en est l’auteur ? (0,5 pt)

c)      Qui en est le narrateur ? (0,5 pt)

 

2)      D’après votre lecture de l’œuvre dans son texte intégral, recopiez les deux propositions qui sont vraies (1 pt)

-Maalem Abdeslem est tisserand.

-Zineb est la sœur du narrateur.

-Lalla Aicha est une voyante.

-Lalla Zoubida est l’épouse de Maalem Abdeslem.

 

3)      « C’était, en vérité, un grand jour.» Pourquoi l’enfant qualifie-t-il ce jour de grand ? (0,5 pt)

 

4)      Le portrait que fait le narrateur de Lalla Aicha est :

-valorisant – dévalorisant - neutre

a)      Recopiez la bonne proposition (0,5 pt)

b)     Relevez dans le texte deux indices pour justifier votre réponse. (0,5 pt)

 

5)      Quel sentiment l’enfant éprouve-t-il envers Lalla Aicha ? (0,5 pt)

6)      Recopiez le tableau suivant et complétez-le à partir du texte. (1 pt)

 

Champ lexical des vêtements

 

Champ lexical du corps

 

 

 

 

7)      « À la maison, elles faisaient trembler les murs en racontant les moindres futilités, tellement leurs cordes vocales étaient à toute épreuve ; elles devenaient, dans la rue, aphones et gentiment minaudières. »

a)      La figure de style contenue dans cet énoncé est :

- Une comparaison - un euphémisme - une hyperbole -une métonymie

Recopiez la bonne proposition. (0,5 pt)

b)     L’emploi de cette figure de style permet de :

-montrer un contraste - critiquer Lalla Aicha - valoriser les deux femmes. (0,5 pt)

 

8)      a)- Relevez dans le texte les trois conseils donnés à l’enfant par les deux femmes. (1,5 pt)

b)- Quel est le verbe qui introduit ces conseils dans le texte ? (0,5 pt)

 

9)      Le texte vous parait-il amusant ? Dites pourquoi en une phrase. (1,5 pt)

 

      II.            PRODUCTION ÉCRITE : (10 points)

 

SUJET :

Certains parents font des travaux à la place de leurs enfants (devoirs / exercices / chambre / lit…)

Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous donnerez votre point de vue sur ce sujet.

 

Important : il sera tenu compte lors de l’évaluation de votre production des points suivants :

-Respect de la consigne 2 pts

-Cohérence de l’argumentation 2 pts

-Respect de la structure argumentative du texte 2 pts

-Langue correcte (vocabulaire, syntaxe, orthographe, conjugaison et ponctuation.) 5 pts

 

Examen régional : Académie de Oujda_Angad (session : Juin 2011) 

 

Texte :

Mon père me parlait du Paradis. Mais, pour y renaître, il fallait d'abord mourir. Mon père ajoutait que se tuer était un grand péché, un péché qui interdisait l'accès à ce royaume. Alors, je n'avais qu'une solution : attendre ! Attendre de devenir un homme, attendre de mourir pour renaître au bord du fleuve Salsabil. Attendre ! C'est cela exister. À cette idée, je n'éprouvais certainement aucune frayeur. Je me réveillais le matin, je faisais ce qu'on me disait de faire. Le soir, le soleil disparaissait et je revenais m'endormir pour recommencer le lendemain. Je savais qu'une journée s'ajoutait à une autre, je savais que les jours faisaient des mois, que les mois devenaient des saisons, et les saisons l'année. J'ai six ans, l'année prochaine j'en aurai sept et puis huit, neuf et dix. À dix ans, on est presque un homme. À dix ans, on parcourt seul tout le quartier, on discute avec les marchands, on sait écrire, au moins son nom, on peut consulter une voyante sur son avenir, apprendre des mots magiques, composer des talismans.

En attendant, j'étais seul au milieu d'un grouillement de têtes rasées, de nez humides, dans un vertige de vociférations de versets sacrés.

L'école était à la porte de Derb Noualla. Le fqih, un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lançaient constamment des flammes de colère, habitait la rue Jiaf. Je connaissais cette rue. Je savais qu'au fond d'un boyau noir et humide, s'ouvrait une porte basse d'où s'échappait, toute la journée, un brouhaha continu de voix de femmes et de pleurs d'enfants. La première fois que j’avais entendu ce bruit, j’avais éclaté en sanglots parce que j’avais reconnu les voix de l’Enfer telles que mon père les évoqua un soir.

Ma mère me calma :

-Je t'emmène prendre un bain, je te promets une orange et un œuf dur et tu trouves le moyen de braire comme un âne !

Toujours hoquetant, je répondis :

-Je ne veux pas aller en Enfer.

Elle leva les yeux au ciel et se tut, confondue par tant de niaiserie.

La Boîte à merveilles, Ahmed Sefrioui Éditions du Seuil ; 1954, pp.10-11

 

        I.            ÉTUDE DE TEXTE (10 points)

 

1)      Répondez aux questions suivantes à partir de votre lecture de « La Boîte à Merveilles »:

a)      Placez chacun des noms suivants dans la case qui convient : (1 pt)

Maalem Abdeslem- Lalla Zoubida- Fatma Bziouya- Sidi Mohammed.

Le personnage principal :

 

 

Son père :

 

 

 

Sa mère :

 

 

Une voisine :

 

 

 

b)     Parmi les affirmations suivantes, une seule est vraie, laquelle ? Recopiez-la (0,5pt)

-Le narrateur a deux frères.

- Le narrateur a un frère et une sœur.

-Le narrateur n’a ni frère, ni sœur.

c)      Quel est le métier de son père ? (0,5 pt)

 

2)      Relevez dans le premier paragraphe deux mots qui reprennent « Paradis ». (1 pt)

 

3)      « Alors, je n’avais qu’une solution : attendre »

a)      Quelle est l’autre solution écartée par le père ? (0,5 pt)

b)     Pourquoi cette solution est-elle rejetée ? (0,5 pt)

 

4)      « J’avais six ans »

a)      Combien le narrateur doit-il attendre pour devenir « presque un homme » ? (0,5 pt)

b)     Que rêve-t-il de faire quand il sera « presque un homme » ? (0,5 pt)

 

5)      Le narrateur fait-il une description valorisante ou dévalorisante du fqih? (1 pt)

 

6)      « La première fois que j’avais entendu ce bruit… » .

a)      De quel bruit s’agit-il ? (0,5 pt)

b)     Ce bruit, qu’évoque t-il pour le narrateur ? (0,5 pt)

 

7)      « tu trouves le moyen de braire comme un âne ».

a)      Identifiez la figure de style dans cet énoncé. (0,5 pt)

b)     Sur quoi la mère veut-elle insister en employant cette figure de style ? (0,5 pt)

 

8)      « Elle leva les yeux au ciel… »

D’après-vous, pourquoi la mère lève-t-elle les yeux au ciel ? (1 pt)

 

9)      Le verbe attendre est répété plusieurs fois dans ce texte.

Pourquoi cette répétition à votre avis ? (1 pt)

 

      II.            PRODUCTION ÉCRITE (10 points)

 

Sujet :

Vous avez certainement vu dans votre entourage des enfants trembler de peur devant leur parents. A-t-on vraiment besoin de faire peur aux enfants pour les éduquer ?

Rédigez un texte argumentatif pour développer votre point de vue.

9 votes. Moyenne 3.78 sur 5.

Commentaires (8)

1. youssef 05/01/2014

merci beaucoup

2. annnaperry6 (site web) 30/05/2013

c'est très intéressant

3. marwa 06/12/2012

merci pour ces informatoins c'est importance je remercie pour la duexième fois

4. houari (site web) 17/06/2012

je te remercie et bon courage .

5. ZihààD jéji (site web) 21/05/2012

mérci pour ces examan !! ms si Vous pouvez mettre la corréction aussi !! et mérci pour l'avançe .

6. El OuaDoudi Abderrafie 29/03/2012

Merci Monsieur Pour Tout Les Information .

7. asma 26/12/2011

merçi merçi bcq pour tous ses information

8. hammou fatiha 06/12/2011

je te remercie .ce sont des bon informations merci pour la deusieme fois

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site