السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

étude de la boite à merveilles

منقول من منتدى آخر

•Module 1 : Etudier les caractéristiques du roman autobiographique

•Œuvre programmée : Ahmed Sefrioui, La Boîte à Merveilles, 1954

•Compétences visées :

•* Etudier l’incipit d’un roman autobiographique.

•* Etudier le point de vue dans un roman autobiographique.

•* Etudier le rôle des personnages secondaires dans un roman autobiographique.

•* Etudier les enjeux d’un roman autobiographique.

•Supports : - Ahmed Sefrioui, La boîte à Merveilles, Imprimerie Najah El-Jadida Libraires des écoles, Casablanca, 2006.

•Zohra TOLBA et autres, Les œuvres intégrales, 1ère année du Baccalauréat, (Toutes filières), Français, Livre unique, Almadariss, Casablanca, 2006. (Manuel de l’élève)

•Remarque : La lecture de toute l’œuvre ainsi que la préparation d’une fiche de lecture est une chose obligatoire avant d’effectuer des recherches sur l’auteur et son époque…

•Il faut lire le roman, noter les personnages, le lieu, le temps, les événements les plus importants pour pouvoir situer le texte et comprendre ses tournures, ses détours et son fonctionnement. De là, la lecture des œuvres intégrales programmées est nécessaire et très utile pour réussir l’analyse ou le commentaire des extraits étudiés.

•II. Etude de l'oeuvre

•1. La couverture :

•L’image: un enfant seul au milieu des femmes qui passent sans accorder de l’importance à sa présence. Le regard triste de l’enfant révèle déjà sa solitude et sa peine.

•Roman: Récit fictif. L’auteur incite le lecteur à faire part de son imagination, à prendre en considération que La Boîte à Merveilles est avant tout une fiction avant d’être une autobiographie.

•La Boîte à Merveilles : est le nom que les marocains ont donné à la télévision puisqu’elle présentait à l’époque un moyen de divertissement très développé. Cette expression a marqué le patrimoine socioculturel marocain.

•Dans le roman, il s’agit d’une boîte où le petit Sefrioui range des objets usés, qui sont d’une grande importance pour lui parce qu’ils constituent le monde de ses rêveries et de son imaginaire du à sa situation d’enfant seul et unique dans sa famille.

•2. Extrait 1 Support : (p. 3-4-6)

•« Le soir, quand tous dorment, les riches dans leurs chaudes couvertures…, s’insulter pour imiter les voisins, commander pour imiter le maître d’école. »(Consultez votre œuvre !)

•Compétences : -Etudier l’incipit d’un roman autobiographique.

•Reconnaître l’emploi du ’’je’’ : la relation : auteur/narrateur-/personnage ainsi que les procédés de distanciation.

•a. Phase de préparation : lecture et analyse du texte support hors-classe.

•b. Phase de concrétisation : en classe.

•· Distinction des procédés de distanciation :

•’’Je’’ enfant ’’Je’’ adulte

•J’avais peut être six ans. Je songe à ma solitude.

•J’étais seul. Je ne dors pas.

•Je n’avais aucun point de repère. Je vois au fond.

•Je n’étais ni heureux ni malheureux.

•J’étais seul.

•-Le pronom personnel ’’il’’ remplace le ’’je’’ dans un souci de distanciation. En effet l’auteur essaye d’être distant en employant le ’’il’’ à la place du ’’je’’ afin d’être plus précis et plus objectif.

•* La fonction de l’incipit :

•L’auteur s’intéresse à l’âge de six ans dans cet incipit, car c’est le seul moment où il a senti son existence et son envie de trouver une solution à sa solitude. C’est l’âge où les moindres événements constituent sa mémoire et son être.

•L’incipit montre que l’auteur n’était pas un enfant ordinaire. C’est quelqu’un qui prend le temps d’analyser, de penser. Sa solitude évoque son envie de se chercher, de trouver son existence perdue. Une recherche relative à sa double culture, ses origines, ses soucis. La solitude est le premier pas vers la pensée individuelle consciente du Moi et ses complications.

•L’incipit annonce le récit d’un enfant seul qui essaye de trouver son propre itinéraire dans une vie aussi difficile et aussi insidieuse.

•2. Extrait  Support : (p . 54-55)

•« La nuit, la maison retomba dans le silence…Ma mère survint, parla de fatigue, m’emmena dormir.» (Consultez votre œuvre !)

•Compétences : -Etudier le point de vue dans un roman autobiographique.

•Etudier la part d’imaginaire dans les souvenirs d’enfance.

•· La part d’imaginaire dans les souvenirs d’enfance.

•La Boîte à Merveilles pour A. Sefrioui –enfant est une boîte d’objets très important même s’ils sont sans valeurs : Cabochon, clous, boutons de porcelaine que l’imagination de l’enfant transforme en personnages féériques fictifs : princesses, esclaves, jouvenceaux. Cela montre qu’un enfant vit dans un monde à part où le merveilleux habite l’univers des petits. Pour décrire les objets contenus dans sa boîte à Merveille, le narrateur utilise des figuiers de style dont la personnification est la figure la plus dominante :

•Ce soir, ils ne me parlaient pas.

•Ils avaient perdu leur pouvoir magique et devenaient méfiants, secrets.

•Ceci montre sa solitude et son envie de s’en sortir.

•· Le point de vue ou la focalisation :

•On parle de point de vue ou de focalisation quand il s’agit de définir la perspective selon la quelle les événements de l’histoire sont perçus et racontés.

•La description se fait donc en fonction du narrateur qui choisit ce qu’il voit et ce qu’il veut montrer au lecteur. Ainsi, pour décrire un personnage, un lieu, un objet, le narrateur peut être :

•· Extérieur à la fiction : il rapporte les faits et les événements à la troisième personne tel qu’il les voit de l’extérieur. C’est la focalisation externe.

•· Un personnage : (Le personnage principal par exemple), qui relate son expérience et la partage avec le lecteur. La relation des faits dépend de sa subjectivité ; on parle de focalisation interne.

•· Omniscient (il sait tout) : c’est -à-dire connaissant les personnages à travers leurs caractéristiques externes, ais aussi à travers leurs pensées, leurs désirs, etc. On parle de focalisation zéro.

•Dans l’extrait 2, la focalisation la plus présente ou la plus dominante est la focalisation interne, car le personnage ici exprime son expérience et ses souvenirs avec la boîte à merveilles. C’est le personnage principal, qui partage avec le lecteur son expérience en relatant les faits selon sa subjectivité. Nous pouvons parler de la focalisation Zéro si on prend en considération le regard d’Ahmed Sefrioui l’auteur adulte qui sait tout à propos de ses personnages.

•3. Extrait 3 Support : (p .88-90)

•« J’avais déjà vu passer dans la rue des cortèges d’enterrement…J’en étais heureux.» (Consultez votre œuvre !)

•Compétences : - Etudier le rôle des personnages secondaires dans un roman autobiographique.

•Reconnaitre le récit enchâssé et la polyphonie. .

•· Un texte et trois situations d’énonciation :

•Ce texte contient trois situations d’énonciation :

•La première : l’énonciateur raconte la mort telle quelle l’a vu durant les cortèges d’enterrement. La deuxième situation est présentée par la conversation su père et son fils. Il s’agit du récit enchâssé où le père explique à son fils, que celui qui meurt seul a des anges gardiens qui emplissent son cortège en l’accompagnant à sa dernière demeure. La dernière situation c’est quand le narrateur affirme qu’il devint plus heureux chaque fois qu’il voit un cadavre solitaire, car il sait que Dieu l’accompagne. Ici le narrateur commente le récit enchâssé en expliquant l’effet qu’une telle histoire peut produire sur un enfant.

•· L’effet de réel :

•Le narrateur rapporte les propos des autres personnages au discours direct qu’on peut qualifier comme un temps de présent de narration, afin de donner à son histoire une vie et une réalité. Cette technique produit un effet du réel et donne au texte plus de crédibilité. Le récit enchâssé est également un moyen de rendre l’histoire plus réelle.

•· Le rôle des personnages secondaires dans le roman autobiographique :

•Zineb : locataire de la maison collective nommée Dar Chouafa. Ses rapports avec Mohammed sont distants et tendus. Sa disparition lui fait plaisir. Pour lui, Zineb est une fille bête : ’’une petite cervelle’’. Ce personnage dévoile le côté agressif chez le petit et sa façon de se comporter avec les autres.

•Rahma : Rahma aime sidi Mohammed malgré ses malentendus avec sa mère. Elle le comble de présents. Elle joue un rôle important dans la vie affective du petit qui ne peut éviter ses contes magiques.

•Les camarades de l’école coranique : Les petits garçons de l’école coranique sont trop ordinaires. Tous se contentent de la production du visible et du réel alors que lui cherche à deviner le secret des objets, à percer le mystère des choses.

•Le fqih : Le maître de l’école coranique un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lançaient des flammes de colère…

•Dans cet extrait le personnage secondaire est le voisin qui vient de mourir. Ce décès va donner à l’enfant l’occasion de penser son existence, de réfléchir à la mort.

•L’importance des personnages secondaires réside dans leur valeur sémantique, car ils sont porteurs de sens. En effet, nous avons pu constater que le petit Sefrioui vivait dans un milieu de femmes, car son père a été souvent absent. Le père présente pour le petit : La force, la confiance, l’équilibre, la sécurité…Le départ du père sera une grande catastrophe pour la mère et le petit Sefrioui. Ici le récit enchâssé su père donne au petit la joie et la confiance.

•· Les  personnages principaux dans La Boîte à Merveilles :

•L’enfant : C’est à travers le passé de son enfance que l’écrivain voit son présent. L’enfant héros dévoile l’écrivain adulte et ses secrets les plus intimes.

•La mère : Sidi Mohammed le petit, évolue dans un milieu féminin où la mère occupe une place prépondérante. Car le père est souvent absent. L’initiation à la vie passe par sa mère.

•Le père : D’origine montagnard, sa barbe noire débute à prendre quelques poils blancs. La relation père/fils est une relation d’amour et de respect. Sauf que le père est souvent absent à cause de son travail.

•· Les lieux :

•Dar Chouafa : La maison est une habitation collective étroite et pleine de monde malgré ses deux étages.

•L’espace trop étroit rend la cohabitation difficile. Cette maison est le lieu le plus important dans La Boîte à Merveilles.

•Le bain maure : est l’enfer pour l’enfant. C’est un lieu qui offense sa pudeur.

•Le Msid :L’école coranique : un espace où le petit Sefrioui se sent seul. Un lieu de souffrance. C’est aussi un lieu de joie quand il est décoré pour les fêtes.

•Zaouïa : L’éducation de l’enfant passe aussi par la visite des Zaouïa, des temples, des tombeaux, etc. Les endroits ont souvent une présence dans la culture marocaine.

44 votes. Moyenne 3.32 sur 5.

Commentaires (15)

1. malak (site web) 24/10/2014

merci beaucoup pour votre aide

2. Raja 25/12/2012

dans la page 190 et 192 quelle thème évoqué dans l'incipit reviennent avec force dans ce passage ??

3. Hassoune (site web) 19/10/2012

Pas Mal . Mais Merci Quand Même

4. omar 13/10/2012

pour travailler leds objet ets

5. asema (site web) 11/10/2012

merci et j'aime se site

6. Houda Belabed 03/10/2012

Merciii bcp J'aime

7. lahcen 30/04/2012

bonjour cher professeur; je suis en fin formation au cpr et je prépare un mémoire sur la lecture commentée au collège,je veux qqes pistes et qques documents merci

8. omayma 28/12/2011

merçi trop pour cela

9. 26/11/2011

merci Youness. veuillez consulter votre "boite émail", vous y trouverez la réponse

10. youness 26/11/2011

merci ;mais j'ai un probleme je peux pas lire tout l'ouevre ses deficille xD .
ta un solution pour moi .

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

السلام عليكم ورحمة الله تعالى وبركاته

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site